Churchill

Churchill

Andrew Roberts

Perrin

  • par (Librairie La Grande Ourse)
    30 novembre 2020

    ENORME !

    C’est une heureuse coïncidence: la multiplication de documentaires, articles, consacrés au Général de Gaulle à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa mort et la parution de cette biographie de Churchill, une biographie qui fera date, parmi le millier déjà paru. A la lecture de cet ouvrage, les similitudes entre les deux hommes apparaissent rapidement. Dans le désordre total: un physique hors normes qui les fait identifier immédiatement, une fille perdue trop tôt, un goût pour les uniformes, l’armée et la stratégie militaire, le sentiment que les chars joueront dans les conflits futurs un rôle déterminant, un mépris des partis politiques qu’il faut transcender de l’intérieur, des traversées du désert avant ou après la guerre mondiale, un goût pour l’écriture, les « Mémoires », un talent oratoire indéniable mais travaillé, un sens inné de l’Etat et de la nation. Et par dessus tout le sentiment très tôt d’avoir un destin mondial qui ne pourra s’accomplir que dans les plus hautes fonctions de leur nation respective dans les circonstances belliqueuses. Jeune, Churchill ne pense pas à une possible nomination de premier ministre, il cherche à deviner l’année à laquelle il le deviendra. A seize ans il déclare: « Dans les hautes fonctions que j’occuperai, il me reviendra de sauver la capitale et l’empire ».

    C'est l'angle choisi par l'auteur pour écrire la vie de celui qui dès la naissance pratiquement voue sa pensée et ses efforts à servir son pays, en se présentant à la députation très jeune, en devenant ministre lors du premier conflit mondial, en se rendant sur le front endossant l’uniforme pendant quelques semaines, manifestant pour la première fois un courage physique indéniable. Sur la durée, jusqu’en 1940 Churchill est déjà une figure imposante avec une carrière politique d’une longévité extraordinaire marquée par de nombreuses fonctions ministérielles, mais c’est bien en chef de guerre qu’il marquera l’Histoire. Nommé au cours d’une réunion à quatre, où la démocratie n’eut guère son mot dire, il put au long de cinq années qui le laissèrent exsangue et épuisé, mettre en oeuvre ce qu’il avait préparé depuis plus de soixante ans: « Car s’il est vrai qu’il a été guidé par la main du destin en mai 1940, c’était un destin qu’il avait consciemment passé sa vie à forger ».

    Tel est le fil conducteur de l’ouvrage de Andrew Roberts qui boucle là, une biographie que l’on aime qualifiée de « à l’anglaise » tant la rigueur est de mise, ne prêtant le flanc à aucune interprétation psychologique de bazar, l’auteur niant par exemple toute tendance dépressive du Lord anglais, ne trouvant aucune trace tangible de cette affirmation. Ce sont en effet dans les documents que l’historien cherche sa matière, exploitant des milliers de discours, lettres, archives. Il laisse le lecteur tracer lui même le portrait psychologique de l’homme d’Etat. On découvre ainsi, au fil des 1200 pages, un Churchill visionnaire d’une extraordinaire clairvoyance dans la montée du nazisme, dans la nécessité de réformes sociales plus justes, dans le danger mortel du communisme mais l’auteur met le doigt aussi sur son aveuglement quant au danger de l’arrivée au pouvoir de Mussolini, ses discours à l’emporte pièces clamés parfois pour le plaisir d’un simple bon mot, son extravagance blessante pour son entourage, sa forme de mégalomanie, ses erreurs stratégiques comme l’aventure des Dardanelles.

    Churchill qui a longtemps pensé mourir avant 40 ans, qui écrivit lui même à travers des dizaines de pages sa propre histoire offerte à des millions de lecteurs, décéda à l’âge de 91 ans, couronné du Prix Nobel de littérature. Figure incontournable du XX ème siècle, il a côtoyé les plus grands et s’est frotté à de Gaulle dans des relations londoniennes violentes, marquées par la méfiance, mais le respect réciproque, Churchill avouant que De Gaulle fut probablement le plus grand homme d’état français avec Clémenceau. Une distanciation entre personnalité et mission historique qu’il pratiqua tout au long d’une vie incroyable, romanesque mais mise au service avant tout de l’histoire d’une nation, qui apparait en filigrane tout au long de cette biographie exceptionnelle. Quand le rêve d’un destin rejoint la réalité de l’histoire


  • par (La Procure)
    20 octobre 2020

    Voilà une biographie imposante, un véritable pavé, à la mesure du personnage qu’elle décrit. Parmi les multiples livres consacrés à Churchill, nous avions déjà au moins une excellente étude par François Kersaudy chez Tallandier, mais cette nouvelle parution s’impose comme « la meilleure biographie de Churchill jamais écrite » selon le New York Times, et « l’un des dix meilleurs livres parus dans l’année » selon le Wall Street Journal (les journaux français commencent juste à en parler car la traduction est parue fin août). La réussite du livre tient à la quête incessante de documents inédits ou inexploités : articles de presse oubliés, correspondances privées, journaux intimes (dont celui du roi Georges VI jusque là sous clé) qui permettent de faire un tableau extrêmement vivant et complet d’une des personnes les plus importantes du XXème siècle. L’auteur prend le parti de présenter toute la vie mouvementée de Churchill avant 1940 comme une préparation de son grand oeuvre que sont les années de guerre.


  • par (Librairie L'Armitière)
    8 septembre 2020

    Attention chef d'oeuvre !!!

    À la sortie de la lecture de cette biographie, on a l'impression de redécouvrir un personnage qu'on croyait connaître. Une biographie sur Winston Churchill, de prime abord, on se dit encore une; mais depuis celle publié par François Kersaudy, chez Tallandier, je n'avais pas lu de portrait aussi limpide de ce géant de notre siècle.

    En puisant dans des archives inédites Andrew Roberts, célèbre biographe britannique, c'est une nouvelle vision de l'homme derrière le politique qui se dégage.

    À lire absolument.

    La traduction de l'ouvrage à été faite par un universitaire rouennais, Antoine Capet, qui est l'auteur du dictionnaire Churchill chez Perrin.