Sauver notre maison commune

Sauver notre maison commune

Feuilletez notre catalogue de printemps :
https://fr.calameo.com/read/002982069876bbc4404c5?page=1

Vivre en chrétien, quésaco ?, La doctrine sociale de l'Église en action

La doctrine sociale de l'Église en action

Ailleret/Candiard

Cerf

20,00

Femmes du Nouveau Testament

Blanchard, Yves-Marie

Salvator

18,80

Comment notre monde a cessé d'être chrétien : anatomie d'un effrondement
8,80

Comment notre monde a cessé d’être chrétien
Le recul du catholicisme en France entre le milieu des années 1960 et aujourd’hui est l’un des faits les plus marquants et pourtant l’un des moins expliqués de notre histoire contemporaine. Comment expliquer une telle mutation et un tel déclin de la pratique religieuse ?
Guillaume Cuchet a repris l’ensemble du dossier : il propose l’une des premières analyses de sociologie historique de cette grande rupture religieuse, identifie le rôle déclencheur de Vatican II (1962-1965) dans ces évolutions et les situe aussi bien dans le temps long de la déchristianisation que dans le contexte des évolutions démographiques, sociales et culturelles des décennies d’après-guerre.


De l'âme / sept lettres à une amie
7,20

Votre missive contient une singulière requête : « Parlez-moi de l’âme »…

Votre phrase : « Sur le tard, je me découvre une âme », je crois l’avoir dite à maintes reprises. Mais je l’avais aussitôt étouffée, de peur de paraître ridicule. Sous votre injonction, je comprends que le temps m’est venu de relever le défi…

J’écris le mot « âme », je le prononce en moi-même, et je respire une bouffée d’air frais. Par association phonique, j’entends Aum, mot par lequel la pensée indienne désigne le souffle primordial. Instantanément, je me sens relié à ce désir initial par lequel l’univers est advenu, je retrouve au plus profond de mon être quelque chose qui s’était révélé à moi, et que j’avais depuis longtemps égaré, cet intime sentiment d’une authentique unicité et d’une possible unité.

F. C.

 

Petit livre, grand livre, beau livre dense et profond. La Croix.

Une écriture subtile et aérée, humble et ouverte aux autres. Télérama.

De superbes pages. Le Figaro.


Et vous les arbres et les animaux, bénissez le Seigneur
14,90

Anne Lécu nous invite à une nouvelle méditation biblique pour en découvrir une facette inattendue : la force symbolique du texte quand il convoque la nature. Elle cueille auprès de quelques arbres ou plantes une prière singulière. Souvent comparés aux humains, ces végétaux nous enseignent une manière d'habiter notre relation avec Dieu. Ainsi l'amandier, figure la prière du veilleur car le mot hébreu qui le désigne, "shaked", dérive du verbe qui signifie « être attentif, veiller ». C'est cette étymologique l'on retrouve dans le livre de Jérémie. Le cèdre incarne la prière du bâtisseur, le chêne, celle du sage, le figuier celle du gourmand, etc. Qu'il s'agisse du Cantique des Cantiques, du livre de la Genèse, l'arbre guide la méditation spirituelle et ses différents moments. Le règne animal est également l'occasion de méditer le texte de la Bible, ainsi de quelques oiseaux qui s'invitent pour un temps de méditation sur le sens de la relation entre l'homme et la Création.
Ces textes ont été l'objet d'une première parution dans "Prions en Eglise"